1999

Par Annja Müller-Alsbach

Monopinks

Monochrome rose sans titre (MP 19), ca. 1962
« Pour moi, la peinture n’est plus en fonction de l’œil aujourd’hui ; elle est fonction de la seule chose qui ne nous appartienne pas en nous : notre Vie. »

Yves Klein ne cherchait pas à faire des tableaux qui raconteraient une histoire, à consommer par les yeux et l'imagination du spectateur. Il se considérait plutôt comme le créateur d'un nouveau type d'image qui devait transmettre un message transcendantal, uniquement par son émanation, dans une interaction intensive avec le spectateur. « Les tableaux créent des ambiances, des climats sensibles, des états phénoménaux et natures particulières, perceptibles mais non tangibles. »

Au cours de son intense mais trop brève carrière artistique, Klein a toujours été à la recherche de nouveaux médias et techniques pour créer l'aura spirituelle spécifique qu'il voulait conférer à ses œuvres. Après avoir commencé par une variété de couleurs monochromes, il s'est limité en 1956 à un seul bleu outremer intense. Plus tard, en 1959-60, il élargit sa palette pour inclure l'or et le rose, ainsi que les énergies élémentaires de l'eau et du feu. Dans ses premières PROPOSITIONS MONOCHROMES, il avait déjà utilisé une gamme de rouges, allant du violet en passant par le carmin et le framboise jusqu'au rose brillant et aux nuances plus pâles de rose.

Très tôt, Klein utilisait déjà le rose, ainsi que l’outremer, pour sa qualité emblématique. D'Irlande, en 1950, il envoie avec Claude Pascal à leur ami Arman un petit tableau monochrome rose, signé par Yves et intitulé par Claude : " La couleur de cette année sera le rose massacre ".

En quête de supports pour son idée que l'art doit transmettre l'Absolu - le contexte cosmique et universel - par la couleur, Klein a d'abord trouvé les trois couleurs primaires : le bleu, le jaune et le rouge. Ainsi, dès 1954, dans son scénario de film sur la bataille entre la ligne et la couleur, il a prévu des séquences prolongées qui confronteraient le spectateur à la couleur pure dans une transition continue du blanc au rouge et à l'outremer en passant par le jaune. Il se réfère d'abord aux trois primaires, que d'autres artistes avant lui avaient utilisées comme aides à la création picturale pour présenter des thèmes philosophiques aussi globaux que l'harmonie ou l'ordre cosmique. Klein, cependant, qui avait découvert sa triade de couleurs au cœur d'une flamme vivante, modifia le bleu, le jaune et le rouge en outremer, or et rose. Au début de 1961, l'étroite symbiose entre l'élément feu et les trois couleurs devint le thème central de l'exposition.

"Monochrome et Feuer", au Musée Haus Lange, Krefeld. Devant le musée, Klein a présenté des FONTAINES DE FEU et un MUR DE FEU, et à l'intérieur, il a incarné son concept de trois couleurs dans une variété de tableaux, SCULPTURES D'ÉPONGE et RELIEFS ÉPONGES.

Par cette concentration sur trois couleurs spécifiques, l'artiste a donné une inclinaison spécifique à leur qualité de signes, qu'il a délibérément basée sur le contexte religieux d'une symbolique colorée de la Trinité. La triade de couleurs bleu, or et rose de Klein révèle très clairement la cœxistence tendue entre un concept artistique quasi-minimaliste et moderniste et une référence simultanée à un instinct artistique avec des messages religieux. Cela ressort avec une grande clarté dans un ex-voto pour Sainte Rita, que Klein a offert à son vénéré patron dans un couvent de Cascia, en Italie, avant de se lancer dans les préparatifs de l'exposition de Krefeld en 1961. Cet ex-voto se compose d'une boîte en plexiglas d'aspect stérile contenant, dans des compartiments séparés, des feuilles d'or, des pigments en poudre bleue et rose, et de petites barres d'or acquises grâce au produit de la vente des ZONES DE SENSIBILITÉ IMMATÉRIELLE DE LA PEINTURE, ainsi qu'une sorte de texte de prière. Ici, Klein a délibérément adopté la forme et la fonction d'une offrande votive chrétienne.

Dans l'art médiéval, le sang d’un rouge chaud symbolise l'Amour et le Christ ; dans les mains de Klein, cela devient un rose rayonnant, si intense dans son artificialité qu'il semble provocateur. Alors que l’IKB attire le regard du spectateur vers l'intérieur, le MONOPINK de Klein, fort et saturé, ni chaud ni froid dans son intensité, a la propriété de rayonner vers l'extérieur dans l'espace ambiant.

Un compte-rendu contemporain de l'exposition de Krefeld décrit graphiquement l'effet ambivalent et très perturbant des MONOPINKS de Klein sur le spectateur : "Normalement, le rouge est une couleur sensuelle et passionnée. Ce n'est ni l'un ni l'autre. Un rouge carmin avec un pouvoir rayonnant intensifié, comme on en trouve dans les couleurs fluorescentes. Il contient quelque chose de néon : froid, impersonnel, avec une qualité spatiale qui reste indéfinie. Si le bleu est la couleur de l'air et de l'eau, ici le rouge est la couleur du feu. Mais c'est un feu qui a perdu son élément sensuel, sa chaleur. "

par Annja Müller-Alsbach
extrait du livre « Tinguely’s favorites : YVES KLEIN »
scroll to top