115 / 195

Klein - Byars - Kapoor

MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, Nice, France
30 juin 2012 - 16 décembre 2012
  • Klein - Byars - Kapoor
    Vue de l'exposition "Klein - Byars - Kapoor", MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, 2012
  • Klein - Byars - Kapoor
    Vue de l'exposition "Klein - Byars - Kapoor", MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, 2012
  • Klein - Byars - Kapoor
    Vue de l'exposition "Klein - Byars - Kapoor", MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, 2012
  • Klein - Byars - Kapoor
    Vue de l'exposition "Klein - Byars - Kapoor", MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, 2012
  • Klein - Byars - Kapoor
    Vue de l'exposition "Klein - Byars - Kapoor", MAMAC - Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice, 2012
Nice se devait pour le cinquantenaire de la disparation d’Yves Klein de réinterroger cette figure tutélaire de l’art contemporain, emblématique de la Côte d’Azur et du musée, en l’associant à deux autres artistes tout aussi charismatiques.

Le MAMAC a donc organisé une exposition réunissant Yves Klein, (Nice, 1928 - Paris, 1962), personnalité hors norme qui a bouleversé le monde de l’art, James Lee Byars (Détroit, 1932- Le Caire,1997), artiste américain incontournable et Anish Kapoor (Bombay, 1954), qui, installé à Londres depuis 1972, insuffle un nouvel élan à la sculpture contemporaine par ses installations monumentales telles que Leviathan réalisée pour Monumenta en 2011 au Grand Palais à Paris ou la structure géante qu’il réalise actuellement pour les Jeux Olympiques de Londres.

Dans une volonté d’art total, ils proposaient, par le biais d’installations ou de performances, des expériences sensibles et poétiques du monde où la monochromie joue un rôle primordial. Le MAMAC a tenté de relever les connexions qui relient intimement ces trois monuments de l’art par des installations spécifiques immergeant le spectateur dans un champ chromatique : l’IKB pour Yves Klein, le blanc pour James Lee Byars et le rouge pour Anish Kapoor. Aux couleurs, répondent matières et sensations : la volatilité et l’insaisissabilité du pigment pur, la dureté et la finesse du marbre, la viscosité, l’odeur et la douceur de la cire. A la réunion de ces trois personnalités mythiques, s’ajoute donc une proposition artistique et sensorielle unique qui fera de cet événement international une exposition incontournable. Ce projet voyagera d’ailleurs jusqu’au magnifique ARoS Kunstmuseum à Aarhus, au Danemark, en 2013. Nous souhaitons donc une belle itinérance à cette initiative remarquable basée sur la perméabilité des expériences, des compétences et des savoirs. 
115 / 195
scroll to top