21 / 195

Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler

Fondation Beyeler, Bâle, Suisse
18 octobre 2017 - 1 janvier 2018
  • Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler
    Vue de l'exposition, "Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler", Fondation Beyeler, 2017, (ANT 106)
  • Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler
    Vue de l'exposition, "Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler", Fondation Beyeler, 2017 (IKB 233, M 36)
  • Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler
    Vue de l'exposition, "Cooperation - 20ème anniversaire de la Fondation Beyeler", Fondation Beyeler, 2017 (ANT 106)
La troisième et dernière exposition organisée à l’occasion du vingtième anniversaire de la Fondation Beyeler se risque à ouvrir une fenêtre sur l’avenir. Elle célèbre la coopération du musée avec des collections privées, des collections d’artistes ou des legs particuliers. Cooperations montre de manière exemplaire comment la collection de la Fondation pourrait être complétée et renforcée par des dons potentiels ou des prêts à long terme. Parmi plus de 170 oeuvres et objets d’art, datant du XVIe au XXIe siècle, la moitié provient de partenaires renommés, étroitement liés à la Fondation Beyeler. L’association temporaire d’oeuvres de premier ordre, détenues par des collectionneurs particuliers et rarement présentées au public, avec des oeuvres célèbres de la Collection Beyeler, permet d’offrir aux visiteurs une sorte de musée idéal, un « musée imaginaire ».

La visite commence par un cabinet de curiosité, pour rappeler les origines du musée moderne. Les accrochages des salles suivantes renvoient aux salons des mécènes intellectuels, comme ceux fréquentés par Degas, Matisse et Picasso, ainsi qu’aux présentations expérimentales des surréalistes autour d’André Breton. Ils témoignent de la manière dont l’art moderne était exposé à ses débuts. Dans la seconde moitié du XXe siècle, l’espace neutre de la salle blanche devint la norme dominante pour les musées, ce qu’il est encore aujourd’hui. Dans des variations de ce « White Cube », les représentants de l’expressionnisme abstrait, de la groupe Zero et du Pop Art entrent en dialogue. Des salles particulières ont aussi été consacrées à des artistes comme Louise Bourgeois, Gerhard Richter et Peter Doig. L’ouverture et la fin de l’exposition sont marquées par des créations de Maurizio Cattelan et Felix Gonzalez-Torres, en son centre figure un travail de Marina Abramovic – autant d’artistes qui ont inventé de nouvelles formes d’installation artistique.


Commissaire d’exposition : Sam Keller et Ulf Küster.
21 / 195
scroll to top