IKB

IKB

IKB very small
Yves Klein, 1959 ca.

"À la question que l’on me pose souvent : pourquoi avoir choisi le bleu ? Je veux répondre en empruntant encore à Gaston Bachelard ces merveilleux passages de son livre L’Air et les songes  concernant le bleu :

"Dans le domaine de l’air bleu plus qu’ailleurs, on sent que le monde est perméable à la rêverie la plus indéterminée. C’est alors que la rêverie a vraiment de la profondeur. Le ciel bleu se creuse sous le rêve. Le rêve échappe à l’image plane. Bientôt, d’une manière paradoxale, le rêve aérien n’a plus que la dimension profonde. Les deux autres dimensions où s’amuse la rêverie pittoresque, la rêverie peinte, perdent de leur intérêt onirique. Le monde est alors vraiment de l’autre côté de la glace sans tain. Il y a un au-delà imaginaire, un au-delà pur, sans en-deçà – et là se situe la belle phrase – D’abord il n’y a rien, ensuite il y a un rien profond, puis une profondeur bleue."

Le bleu n’a pas de dimensions. Il est hors de dimensions, tandis que les autres couleurs elles, en ont. Ce sont des espaces psychologiques. Le rouge, par exemple, présuppose un foyer dégageant de la chaleur. Toutes les couleurs amènent des associations d’idées concrètes, matérielles ou tangibles d’une manière psychologique, tandis que le bleu rappelle tout au plus la mer et le ciel, ce qu’il y a après tout de plus abstrait dans la nature tangible et visible."
Yves Klein, Conférence de la Sorbonne, 3 juin 1959, Paris
Extrait de la video Yves Klein : Propositions monochromes, Galerie Iris Clert, Paris, 1957 et extrait de la Conférence à la Sorbonne, Paris, 1959.
@Succession Yves Klein, ADAGP, Paris, 2017
scroll to top