29 / 272

Sculpture aérostatique, 1957

  • Sculpture aérostatique
    Photographie
  • Sculpture aérostatique
    N.B. La photographie originale est en noir et blanc.
    Photographie
"Le monochrome qui est aussi champion de judo, ceinture noire 4e dan, s’entraîne régulièrement à la lévitation dynamique ! (avec ou sans filet, au risque de sa vie). 
Il prétend être en mesure d’aller rejoindre bientôt dans l’espace son oeuvre préférée : une sculpture aérostatique composée de Mille et un Ballons bleus, qui, en 1957, s’enfuit de son exposition dans le ciel de Saint-Germain-des-Prés pour ne plus jamais revenir !
Libérer la sculpture du socle a été longtemps sa préoccupation. « Aujourd’hui le peintre de l’espace doit aller effectivement dans l’espace pour peindre, mais il doit y aller sans trucs, ni supercheries, ni non plus en avion, ni en parachute ou en fusée : il doit y aller par lui-même, avec une force individuelle autonome, en un mot, il doit être capable de léviter. »"
Yves Klein, extrait de Dimanche 27 novembre 1960 Le journal d'un seul jour, 1960
Le soir du vernissage de la double exposition de "l'Epoque bleue", Yves Klein et Iris Clert partent de la galerie avec des grappes de ballons bleus gonflés à l'hélium et, devant l'église Saint-Germain-des-Prés, les lâchent dans le ciel.






29 / 272
scroll to top