Monochrome bleu sans titre, 1958

  • Monochrome bleu sans titre
    Pigment pur et résine synthétique sur gaze montée sur panneau
    150 x 198 cm
"Déjà autrefois, j’avais refusé le pinceau, trop psychologique, pour peindre avec le rouleau 5, plus anonyme, et ainsi tâcher de créer une «distance», tout au moins intellectuelle, constante, entre la toile et moi, pendant l’exécution... Cette fois, oh miracle, de nouveau le pinceau, mais vivant cette fois, revenait: c’était la chair elle-même qui appliquait la couleur au support sous ma direction, avec une précision parfaite, me permettant, moi, de rester constamment à la distance « x » exacte de ma toile et ainsi dominer ma création d’une manière permanente pendant toute l’exécution.

De cette manière je restais propre, je ne me salissais plus avec la couleur, même pas le bout des doigts. Devant moi, sous ma direction, en collaboration absolue avec le modèle, s’accomplissait l’œuvre, et j’étais en mesure de me montrer digne d’elle, en «smoking», pour la recevoir comme il se doit, à sa naissance au monde tangible.

C’est à cette époque que j’ai vu apparaître à chaque séance les «marques du corps», qui disparaissaient d’ailleurs bien vite, car il fallait que tout devienne monochrome."

Yves Klein, extrait de « Le vrai devient réalité », 1960
scroll to top