39 / 341

Surfaces et blocs de sensibilité picturale. Intentions picturales, 14-23 mai 1957

  • Surfaces et blocs de sensibilité picturale. Intentions picturales
    Performance
"J’ai donc pensé que l’étape suivante après l’époque bleue serait la présentation au public de cette sensibilité picturale, de cette « énergie poétique » de cette matière liberté impalpable à l’état non concentré, non contracté. Ce serait un tableau réellement informel, tel qu’il est et doit être. J’ai donc, dans ma dernière exposition double à Paris, chez Iris Clert et Colette Allendy en 1957, présenté dans une salle au premier étage chez Colette Allendy une série de surfaces de sensibilité picturale invisible à l’œil nu bien sûr, mais bien présente cependant." 
Yves Klein, extrait de « L’aventure monochrome : l’épopée monochrome », 1960, Le dépassement de la problématique de l'art et autres écrits, Beaux-Arts de Paris, 2003

"Quelques privilégiés, des amis, des critiques d’art furent invités à se rendre au premier étage de la galerie Colette Allendy pour y découvrir les « Surfaces et blocs de sensibilité picturale » présentés dans une salle en apparence vide.
Un article dans la revue Cimaises (juillet-août 1957) et un film attestent la réalité de cette expérimentation.
Le film, muet mais en couleur, organise une promenade en caméra subjective dans l’exposition, depuis l’entrée de la galerie, la visite du rez-de-chaussée, jusqu’à l’arrivée au premier étage.
Là, l’artiste en personne nous attend. Il nous invite par ses gestes et ses attitudes à regarder des « Intentions picturales » invisibles accrochées au mur, et à considérer avec attention des « Blocs de sensibilité picturale ».
Rien de tout cela ne peut être vu, certes, mais n’y a-t-il rien pour autant ? Le réel ne se résume pas aux seules réalités visibles. Yves Klein estime que la qualité essentielle de la peinture réside dans la « sensibilité picturale » qui émane du tableau. Chacun en ressent la présence sans pour autant pouvoir dire où elle se situe ni comment elle nous touche. Or c’est cette essence invisible de la peinture qu’il entreprend de présenter directement, sans intermédiaire, sans le support du tableau."
Denys Riout, extrait du texte "Des cendres incandescentes", 2017,  catalogue de l'exposition "Yves Klein - Retrospectiva", Fundación PROA, Buenos Aires, Argentine


39 / 341
scroll to top