Un artiste majeur de l'après-guerre

Un artiste majeur de l'après-guerre

Yves Klein naît le 28 avril 1928 à Nice de parents tous deux artistes (son père, Fred Klein, est peintre figuratif, sa mère, Marie Raymond, peintre abstrait).  

Avant de se lancer dans une carrière artistique, Yves Klein s’initie tout d’abord au judo dès 1947, alors que cette pratique n’est pas encore réduite à un sport mais se veut une méthode d’éducation intellectuelle et morale visant à la maîtrise de soi. En 1952, il part se perfectionner au Japon où il devient ceinture noire, quatrième dan.  

C’est à partir de 1955 que Klein présente ses travaux dans un cadre artistique : il expose au Club des solitaires à Paris des monochromes de différentes couleurs, sous le titre Yves, peintures. Afin d'éviter toute touche personnelle et inscription de dessins, les tableaux sont peints au rouleau. Klein devient célèbre sous le nom d'« Yves le Monochrome ».  

En automne 1956, il entame son « époque bleue » en sélectionnant un bleu outremer déjà existant, extrêmement saturé, qui est, selon Klein, « la plus parfaite expression du bleu ».  Il exposera une série de monochromes bleus en 1957 à Galerie Apollinaire à Milan lors de l’exposition Proposte monocrome, epoqua blu, et reconnaît en lui le véritable précurseur de la monochromie bleue qu’il pratique : uniforme et spirituelle.  

Mais les monochromes bleus ne sont qu’un aspect de son travail qui se déploie à travers différentes techniques.

Dans ses Peintures de feu, comme dans les Cosmogonies (empreintes de la pluie et du vent), l’artiste convoque les éléments de la nature afin de manifester leur force créatrice.

Les Sculptures Éponges sont conçues comme des portraits de visiteurs qui s’imprègnent de la peinture, illustrant l’idée de transmission d’une sensibilité artistique.

L’or est également un élément de prédilection pour l’artiste qui l’utilise comme un passage vers l’absolu.  

L’exposition La spécialisation de la sensibilité à l'état de matière première en sensibilité à la Galerie Iris Clert en 1958 (lors de laquelle il vide totalement la galerie parisienne  et repeint ses murs en blanc) ainsi que les ventes de Zones de sensibilité picturale immatérielles (contre paiement en petits lingots d'or jetés ensuite dans la Seine) ouvrent son art sur l’Immatériel.

Dans la continuité de ses recherches sur les éléments fondamentaux (l’air, l’eau, le feu) Yves Klein définit une « architecture de l'air » et en expose les principes en juin 1959 lors d’une conférence à la Sorbonne.  

Il est également l’un des précurseurs du happening avec la réalisation de ses anthropométries en public, le Saut dans le Vide, le projet d’illumination de l’Obélisque de la Concorde…  

Yves Klein, épouse le 21 janvier 1962 Rotraut Uecker, une jeune artiste. Il décède quelques mois plus tard, à l'âge de 34 ans, et laisse une œuvre intense, audacieuse et infinie qui continue encore d'inspirer les nouvelles générations d'artistes et passionnés de notre époque.