• Regard sur les NFT: "Avec la Blockchain, la révolution bleue"

Article, 2022

Regard sur les NFT: "Avec la Blockchain, la révolution bleue"

Mitchell F Chan

Près de 60 ans après sa mort, la pleine signification du chef-d'œuvre d'Yves Klein, les Zones de sensibilité picturale immatérielle, commence tout juste à être reconnue par le monde de l'art. Cette nouvelle reconnaissance intervient en grande partie dans le contexte du changement radical que connait actuellement ce milieu : l'adoption de la technologie blockchain et des « jetons non fongibles » (NFT).

Il peut sembler étrange qu'un artiste dont l'œuvre était si élémentaire - composée de feu, de vent et de couleurs unies hypnotiques - trouve un nouveau public dans le monde très technique de la blockchain et des crypto-monnaies. Cependant, les NFT formalisent et automatisent un processus dont Klein a été le pionnier dans ses reçus pour les zones : la séparation de l'œuvre d'art en un aspect financiarisé et non-financiarisé. Ainsi, les jetons de blockchain et les NFT sont devenus un analogue étonnamment efficace de certaines des idées qui ont rendu le travail de Klein si révolutionnaire. En outre, il existe des arguments convaincants pour dire que le reçu pour la zone de sensibilité picturale immatérielle est, par essence, le premier NFT.

Dans les années 1960, l'innovation technologique la plus importante dans le domaine de l'art était le certificat d'authenticité. Ces certificats créés par des conceptualistes comme Sol LeWitt, Robert Morris et Hans Haacke s'appuient sur les possibilités de l'art définies par Marcel Duchamp près de 50 ans auparavant. Selon Duchamp, l'art était tout objet ou action désigné comme tel par l'autorité singulière de l'artiste. Pour les artistes des années 1960, le certificat était un moyen de déclarer formellement leur intention artistique et, implicitement, leur propre autorité. Une grande partie du travail conceptuel des années 1960 repose sur l'exploitation de cette autorité.

Aujourd'hui, l'innovation technologique la plus importante dans l'art est à nouveau le certificat d'authenticité. Cette fois, cependant, ces certificats sont générés sur la blockchain sous forme de jetons non fongibles (NFT). Ces certificats d'authenticité numériques s'appuient sur les possibilités plus étendues de l'art définies par Yves Klein il y a plus de 50 ans. La conception de l'art de Klein était plus large dans sa manière de reconnaître les contextes par lesquels l'art était absorbé (les murs blancs de la galerie étaient son obstacle, jamais sa béquille), et plus profonde dans le sentiment de connexion qu'il essayait de créer avec ses spectateurs (il ne visait rien de moins que d' « imprégner littéralement » les spectateurs de sa sensibilité). À l'instar des conceptualistes qui l'ont suivi, son travail était intelligent et rigoureux, et s'appuyait également sur sa propre autorité artistique considérable. Comme les artistes pop qui l'ont suivi, Klein a reconnu que les spectateurs accédaient à cette intelligence et renforçaient cette autorité par le biais de médias très temporels : la publicité et les marchés. Mais l'objectif de Klein était aussi profondément métaphysique, attirant les spectateurs dans une profondeur sincère et spirituelle qui est loin de la froideur des conceptualistes ou des artistes pop. Klein était conceptuel avant le conceptualisme, pop avant le pop art, et il était quelque chose d'entièrement différent que nous n'avons pas rencontrer depuis.

Afin de contenir ces multitudes apparemment contradictoires, les œuvres d'art de Klein étaient, en un sens, divisées en différentes dimensions : faire l'expérience d'une de ses œuvres d'art revenait à se déplacer à travers une procession des multiples aspects de cette œuvre. (« D'abord, il n'y a rien, puis il y a un profond rien, puis une profondeur bleue », proclamait un jour Klein lors d'une exposition de ses œuvres). La division et la spécialisation de ces aspects étaient la technique brillante qui lui permettait de créer des œuvres à la fois d'une grande profondeur et d'un large attrait. Cette compréhension est parfaitement exprimée dans ses Zones de sensibilité picturale immatérielle.

Ces zones sont l'apothéose de la quête de Klein, qui a toujours cherché à créer une œuvre d'art qui soit « une perception directe et immédiate - une assimilation sans aucun effet, aucune ruse ni aucune tromperie ». En d'autres termes, il cherchait à transmettre directement le pouvoir de la peinture - sa sensibilité - sans dépendre de l'artefact de la peinture en tant que support. Les premiers spectateurs de ces Zones (initialement appelées « Le vide ») ont fait la queue pendant des heures devant la Galerie Iris Clert à Paris en 1958. Ils sont passés devant les vitrines de la galerie recouvertes du bleu International Klein, puis ont traversé un rideau bleu. Enfin, ils entraient dans la galerie pour constater qu'elle avait été vidée de tout son contenu, à l'exception, selon Klein, de la « pure sensibilité de la couleur bleue ». Cette sensibilité n'avait aucun aspect physique ou visible : il s'agissait simplement de la pleine puissance de l'artiste, préservée dans un espace par sa propre force de volonté.

La sensibilité « spécialisée et stabilisée » que Klein a créée est le véritable contenu de l'œuvre. Elle était radicale et existait dans une dimension qu'il faut admettre impossible à localiser. Cependant, Klein travaillait dans des dimensions plus conventionnelles pour renforcer cette sensibilité et permettre aux spectateurs d'y entrer.

Klein aimait créer des processions pour ses spectateurs, les guider pas à pas vers ses idées radicales, plutôt que de les jeter froidement « dans le vide ». Ainsi, ses expositions des Zones comportaient généralement des éléments théâtraux, comme les fenêtres et les rideaux bleus de la Galerie Iris Clert, qui préparaient sensoriellement les spectateurs aux Zones. En outre, Klein était un showman expert qui créait un paysage médiatique suscitant la curiosité autour du « vide » et préparant intellectuellement les spectateurs aux Zones. Le titre classique « Klein Vend du Vent ! » est un parfait exemple de Klein utilisant le sensationnalisme au service de sa sensibilité.

Mais il y avait une autre dimension dans laquelle Klein travaillait sans crainte, une dimension que très peu d'artistes depuis ont pu travailler de manière aussi réfléchie et sincère : la dimension financière. Klein reconnaît que les œuvres d'art existent dans leur aspect financier, mais plutôt que de feindre l'indignation face à la vulgarité de la financiarisation des œuvres d'art, il y voit une autre façon pour les spectateurs ou les collectionneurs d'entrer en contact avec l'œuvre. Ainsi, sa première exposition de monochromes a fixé des prix uniques pour des toiles apparemment identiques. Klein était ravi de constater que les collectionneurs choisissaient de payer des prix différents pour les pièces, estimant que ces transactions uniques reflétaient les relations uniques des acheteurs avec l'œuvre. Au moment où il a créé les zones, l'aspect financier de l'œuvre n'était pas seulement un point de données pour mesurer la perception de la sensibilité d'une œuvre d'art par un collectionneur, c'était un instrument qui renforçait cette perception, et même libérait la sensibilité elle-même.

Klein a longtemps réfléchi à la manière dont ces Zones de sensibilité picturale immatérielle devaient être vendues. Il a finalement opté pour un système qui est le précurseur spirituel du modèle que nous voyons utilisé pour la vente d'art numérique via NFT : il a créé un artefact séparé pour l'aspect financier de l'œuvre d'art. C'était l'humble, mais brillant, reçu.

Le reçu remplit de multiples fonctions. Tout d'abord, le reçu permet un autre type de procession. La propriété du reçu est une étape vers la compréhension de la propriété "intrinsèque" de l'œuvre d'art immatérielle, qui n'est conférée qu'au moment de l'abandon du reçu.

Deuxièmement, le reçu de la zone immatérielle est l'artefact qui nous relie à la sensibilité de l'artiste, sans forcer cette sensibilité à prendre une forme qui trahirait la pureté de l'intention de l'artiste. Le reçu absorbe ce que Klein appelle "la problématique de l'art". Klein trouve une libération dans la séparation de l'œuvre d'art et de sa réception. Comme l'aspect financier de l'art est contenu en toute sécurité dans un simple morceau de papier, l'aspect spirituel de l'art est libre de prendre la forme que Klein désire, même une non-forme.

S'il y a un avenir pour l'art NFT, et de nombreux indices montrent que les NFT sont l'avenir de l'art, l'œuvre d'Yves Klein est à elle seule l'exemple original de ce que l'exploration est possible grâce à cette technologie. The Receipt for the Zone of Immaterial Pictorial Sensibility est une œuvre brillante et prémonitoire qui constitue un modèle pour les artistes de la prochaine génération.